Démarche

 

Un cycle perpétuel s’est mis en place entre ma pratique du dessin et de la broderie : le crayon et l’aiguille, la ligne et le fil ou encore le papier et le tissu cherchent à s’imiter, à se rencontrer. J’explore la porosité de ces espaces, les contaminations possibles. Au départ, je dessinais intuitivement des paysages intérieurs qui donnaient l’impression d’être en relief. Cette illusion d’optique m’a amenée à me tourner vers la sculpture.

J’ai créée mes volumes à partir de matériaux textiles, en m’appuyant en particulier sur mon savoir-faire en broderie. Ainsi sont nés des objets hybride, des rhizomes ; Ce sont des Bas-reliefs, parfois des Rondes-bosses, qui se déploient entre la présence et l’absence d’un support et qui évoquent une matière vivante. Chaque pièce créée est un microcosme, une cartographie invitant à fusionner avec ses propres perceptions.

Mon processus s’inscrit dans une temporalité lente, une forme de méditation. Quand une image mentale est présente en amont, elle se transforme au contact de mes gestes guidés en grande partie par les imprévus de la matière qui amènent alors les choses ailleurs. Ils induisent d’avantage une forme de collaboration et d’échange avec la pièce qu’une maîtrise totale de celle-ci. Je pars de mon expérience individuelle pour la ramener à une échelle plus collective. Interroger le rapport de domination qu’entretiennent les humains avec leur territoire, pour trouver un autre équilibre. Se fondre avec le vivant, devenir le monde, éprouver l’unité au delà de la multiplicité des formes de vie.