Cultivez-vous, Jardinez-vous

Installation in situ réalisée lors d’une résidence en août au Château de Monthelon. Bourgogne, août 2019.

Accoutumée à travailler mes paysages en petit format sur papier ou textile, j’ai voulu changer de dimension et de support en provoquant une rencontre entre textile et espace dit réel.

Je suis intervenue en milieu naturel en greffant du fil sur une parcelle d’herbes  hautes. J’ai fabriqué un maillage tridimensionnel  en utilisant des pelotes de fils d’origine naturelle et artificielle, issues de dons et de récupérations. Le fil m’intéresse en tant qu’artefact, résultat d’un processus humain et industriel. J’ai voulu le réanimer en le faisant interagir avec le vivant, provoquant une sorte de réconciliation symbolique entre nature et culture, et permettant d’ouvrir la voie à de nouvelles manières d’habiter nos espaces. C’était un travail dans et avec l’herbe, puisque j’ai tenté d’accompagner celle-ci à partir de ses formes propres, afin d’entrer le moins possible dans un rapport de domination.

Le  processus et l’imprévisibilité sont au coeur de ce travail. J’ai donné à mes gestes et déambulations une valeur performative au quotidien et ai cherché à vivre une expérience sensorielle dans cet espace : marcher, m’allonger ou m’assoir, contempler, photographier. En parallèle, j’ai invité des personnes à se réapproprier ce lieu, à travers ces mêmes gestes.

Je suis revenue après deux mois, en automne par temps de pluie : les textiles se sont gorgés d’eau de pluie et l’herbe leur a parfois déteint dessus.

La végétation a recouvré sa verdure, a repoussé en prenant possession des sculptures de fil, se fondant avec elle.

J’ai prélevé quelques fragments de fil et d’herbe.

Cette installation au départ conçue pour être éphémère restera finalement une année entière. Je reviendrais à chaque changement de saison pour observer l’ oeuvre du temps, à partir de ce qui est vivant et ce qui ne l’est pas.

Une broderie réalisée indépendamment de ce projet est devenue une parure de main qui a accompagné mes gestes. Elle a aussi été l’objet de mises en scène animées réalisées in situ.

Ce projet in situ a été réactivé lors d’une exposition à l’Aqueduc de Dardilly, en résonance avec la Biennale de Lyon 2019.

J’ai présenté une série de photographies documentaires, des éléments textuels relatant mon expérience au Château de Monthelon, une vidéo ainsi que les éléments d’herbe et de textiles prélevés de l’installation. Cette exposition montre, déploie puis délocalise le projet in situ.

A partir d’un questionnement autour de la mémoire du geste, je suis intervenue sur 3 photographies de l’installation en utilisant la gravure, la broderie et la découpe.

Ci-dessous à gauche : broderie et techniques mixtes sur photographie. Ci-dessous à droite : Gravure sur photographie. Tout en bas : Découpe sur photographie..

Crédits photos : Chantal Tolédano, Thomas Sévignon, Tatiana Bailly.